Guide des restaurants et voyages du monde

Restaurant Toyo

La note de Fred: 5

Etoiles Michelin: 0

La note des membres de la Fourchette: 0.000000

Restaurant Japonais

Adresse: 17 Rue Jules Chaplain, Paris, France

Téléphone à: 01 43 54 28 03

Horaires: Du mardi au samedi de 12h30 à 14 et du lundi au samedi de 19h30 à 22h

Prix: Environ 60 euros


Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/guideres/public_html/php/mainFunctions.php on line 448
29 Mar 2018
Restaurant Toyo

L'article

par Frédéric Lacroix

Cela faisait longtemps que je n'étais pas allé dans cette belle adresse de cuisine fusion franco-japonaise du quartier Montparnasse : Toyo. Voici la redecouverte de ce lieu et du travail de son chef japonais Toyomitsu Nakayama ancien cuisinier particulier de Kenzo Takada.

Pour moi Toyo est surement l'une des plus belles adresses de Paris pour découvrir la cuisine gastronomique fusion franco-japonaise. J'ai découvert ce restaurant en 2014 et depuis je n'y étais pas retourné. C'est donc pour un déjeuner que j'ai redécouvert ce lieu. Pas beaucoup de changement, on retrouve toujours cette grande salle avec son grand comptoir où se trouvent les meilleurs places pour profiter du chef et pour le voir en pleine création. C'est au niveau du prix des menus qu'il y a quelques changements. Au déjeuner du mardi au samedi le repas est à 39 euros (entrée-plat-dessert) ou 49 euros (2 entrées-plat-dessert). Le repas comporte aussi une ou deux amuse-bouches, il est possible de choisir son et ses entrées entre 5-6 recettes (dont certaines avec supplément), de choisir son plat entre 3-4 recettes et son dessert entre 2 choix. Bien sur si vous avez encore faim il est possible de prendre d''autres entrées ou plats avec suppléments bien sur. Au diner le menu est à 99 euros. De plus le lundi soir il y a un menu carte blanche japonaise à 99 euros. La cuisine est toujorus aussi bonne avec de belles créations qui utilise des techniques de cuisson japoanise ainsi que quelques ingrédients japonais avec des produits de saison bien de chez nous.

L'accueil est toujour aussi sympathique tout en gentillesse. Et puis parfois le chef vous proposera quelques petites créations avec des produits du môment. Ce qui a été mon cas lors de mon passage surtout lorsque le chef vous demande si vous aimez les oursins ou bien les morilles. Que peut on dire de plus sur cet endroit ? Le restaurant et son chef font partie des maitres restaurateurs, le seul titre d'état pour promouvoir la cuisine entièrement faite maison . Le Maître Restaurateur est un restaurateur de Métier avec une expérience professionnelle validée, c'est un engagement de cuisine faite dans l'entreprise à partir de produits bruts, majoritairement frais, intégrant les circuits courts. C'est un titre attribué par le préfet après un audit de contrôle. C'est une démarche volontaire du professionnel qui est renouvelée tous les 4 ans. La carte des vins est intéressante mais comme nous sommes dans une adresse japonaise il faut explorer la partie consacrée au saké avec quelques très belles bouteilles comme par exemple un Kirinzan de la région de Niigata ou bien un Asabiraki de la région de Morioka.

Le jour de mon passage voici les créations que j'ai eu la possibilité de manger. Le repas débute par les amuse-bouches. La première est une très belle composition visuelle avec différentes tubercules de légumes anciens frites recouvertes de mimolette. La deuxième amuse-bouche était composée d'une soupe à la carotte divine et d'une fraise recouverte de feta. Puis le chef m'a proposé des oursins et j'ai un grand faible pour les oursins. Ici nous avions juste deux morceaux de pain de mie toastés avec de magnifiques oursins. La première entrée du menu que j'ai choisi était un carpaccio de veau très tendre recouvert de fine lamelles de champignons de Paris et surtout d'oboro kombu, une préparation japonaise particulière de la fameuse algue kombu.

La deuxième entrée était un magnifique noix de saint-jacques toastée accompagée d'asperges vertes, d'un légume que je n'ai pas identifié, d'une superbe morille, d'un beurre blanc acidulé et de poutargue en poudre. Pour le plat nous avions le choix entre de la lotte pânée et une croquette de homard ou bien un beau morceau d'échine de porc rôti sauce charcutière.Enfin parlons du dessert avec un espuma de banane sur une glace au cognac et poudre de café, un dessert très léger où toutes les saveurs se mélangeaient à la perfection. On termine le café avec quelques mignardises, un citron confit, une meringue criquante et surtout une meringue molle recouverte de kinako.


Notice: Undefined variable: textBio in /home/guideres/public_html/php/mainFunctions.php on line 988

L'auteur

Frédéric Lacroix

Fan du Japon depuis 2004 il a à son actif plus de 18 voyages au pays du Soleil levant. Grand amateur de la cuisine japonaise et de la gastronomie en général il aime faire partager ses découvertes, ses expériences et ses créations culinaires. Il est aussi l’ auteur de plus de 98% des articles du guide.


Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/guideres/public_html/php/mainFunctions.php on line 448
22 Dec 2014
Restaurant Toyo

L'article

par Frédéric Lacroix

Direction le quartier de Montparnasse pour découvrir une discrète adresse de cuisine gastronomique fusion franco-japonaise réalisée par le chef Toyomitsu Nakayama. Le chef a été l'un des premiers à nous proposer de découvrir sa cuisine autour d'un comptoir où il opère un repas en plusieurs petites séquences comme un repas de cuisine kaiseki en mélangeant produits et saveurs françaises et japonaises.

J'ai enfin testé le restaurant de Toyomitsu Nakayama. Pour cela il faut se rendre dans le quartier de Montparnasse à deux pas du boulevard du même nom et de la station de métro Vavin, dans la discrète rue de Chaplain. Dès que l'on passe la porte nous sommes accueillis par un grand portrait du chef peint par le créateur Kenzo. Et puis nous pénétrons dans un lieu tout en délicatesse japonaise. Le restaurant est assez grand avec son long comptoir de 14 couverts, ses quelques tables et son salon privé. Le chef Toyomitsu Nakayama, originaire de Kumamoto, avant d'ouvrir son propre restaurant a été pendant quelques années le cuisinier particulier du couturier Kenzo Takada. Installé dans son propre restaurant le chef propose une cuisine fusion en utilisant des produits de qualités de France et en utilisant les saveurs du Japon et la délicatesse de la présentation à la japonaise. C'est ainsi qu'il utilise de la viande du boucher star Hugo Desnoyer, qu'il se rend à deux pas de son restaurant à la poissonnerie du Dôme (il parait que c'est l'une des meilleures de Paris) et qu'il utilise les légumes de Joel Thiébault qui fournit de nombreux chefs. Et puis il utilise les saveurs et ingrédients du Japon comme le bouillon dashi, le yuzu, le matcha ou différentes algues japonaises comme le kombu. Le résultat ? Une cuisine en plusieurs séquences de petits plats qui rappellent le repas Kaiseki du Japon avec des variations en fonction des saisons et des plats « signatures ». Pour les prix il faut compter 39 euros le midi (3 plats) et 95 euros le soir (6 plats) avec possibilité de choisir le deuxième plat et le dessert. Attention il y a aussi des suppléments sur les plats du jour à + 15 euros. Il y a aussi le soir un menu carte blanche à 125 euros et le lundi soir un menu carte blanche japonaise à 85 euros.

Alors que pensez de ce restaurant ? Je vais avouer que je suis mitigé. On a une belle cuisine inventive avec des produits de qualité (homard, ormeau, truffe, etc …) qui mélange bien la cuisine fine japonaise et la cuisine gastronomique française. Par contre je trouve les prix vraiment trop haut par rapport au repas. En plus il faut faire attention car les suppléments peuvent faire monter la note rapidement. Certains plats ont exceptionnels comme par exemple un plat d'ormeau. D'autres sont assez décevant par exemple je n'ai pas aimé le tiramisu au matcha (et pourtant j'adore le matcha). De plus les portions ne sont pas exceptionnelles en quantité. Conclusion, c'est beau, c'est bon mais c'est cher.

Toyo est un restaurant de cuisine gastronomique franco-japonaise donc il ne faut pas s'étonner de voir du beurre et du pain. Pour le beurre nous retrouvons le fameux beurre Bordier au yuzu et celui au x algues. Pour la mise en bouche voici venir une étuvée de légumes avec une gelée de consommé de volaille. Un petit plat plein de fraicheur et de finesse pour débuter le repas. Ensuite voici un plat en supplément à 15 euros avec un flan de soja au caviar. Pour les entrées, voici comme premier plat une salade d'anguille fumée et de brandade de morue. La deuxième entrée est un sashimi de daurade avec un léger jus au yuzu. Enfin une autre entrée est le foie gras, vraiment très bon avec ses petits accompagnements.

On poursuit avec la salade de calamars avec des morceaux vraiment bien cuit. Puis voici venir le bouillon dashi aux herbes et ormeaux. Ceux ci étaient aussi présents dans le plat souvant avec un beau coquillage grillé. Le plat suivant est un mélange de coques, de champignons et d'asperges sauvages.

Le plat principal de poisson était un beau morceau de saint-pierre avec une très belle cuisson, arrosé d'huile d'olive et accompagné d'une tapenade. Enfin voici venir l'un des plats signature du chef avec son fameux curry à la japonaise revisité. La sauce était un mélange de curry à la japonaise et de bouillon de bouillabaisse. En dessert voici venir le sorbet au gorgonzola avec des chips de fromage. L'autre dessert était le fameux tiramisu au matcha, qui franchement ne m'a pas laissé un souvenir impérissable.


Notice: Undefined variable: textBio in /home/guideres/public_html/php/mainFunctions.php on line 988

L'auteur

Frédéric Lacroix

Fan du Japon depuis 2004 il a à son actif plus de 18 voyages au pays du Soleil levant. Grand amateur de la cuisine japonaise et de la gastronomie en général il aime faire partager ses découvertes, ses expériences et ses créations culinaires. Il est aussi l’ auteur de plus de 98% des articles du guide.

comments powered by Disqus