Guide des restaurants et voyages du monde

Restaurant Lazare

La note de Fred: 3

Etoiles Michelin: 0

La note des membres de la Fourchette: 0.000000

Restaurant Français

Adresse: Parvis de la gare Saint Lazare, Paris, France

Téléphone à: 01 44 90 80 80

Horaires: Tous les jours de 7h30 à 24h

Prix: Environ 35 euros

Site internet :


Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/guideres/public_html/php/mainFunctions.php on line 448
16 Jun 2015
Brasserie Lazare

L'article

par Frédéric Lacroix

Quand un grand chef étoilé, ouvre une brasserie dans un endroit très populaire, qu’est-ce que cela peut donner ? Nous voici dans la nouvelle gare Saint Lazare, lieu choisi par le chef triplement étoilé du Palace Bristol, pour ouvrir sa brasserie très chic et qui porte tout simplement le nom de Lazare. Alors le Lazare est-il une vraie brasserie parisienne de gare ou bien un énième restaurant bobo où il faut se faire voir ?

Eric Fréchon est l’un des chefs français à avoir un restaurant triplement étoilé au guide Michelin avec son établissement haut de gamme du palace parisien du Bristol. En 2010 il ouvre une table moins haut de gamme dans l’enceinte du grand palais, avec son restaurant le mini palais. En 2013 il décide d’ouvrir une brasserie dans la gare Saint Lazare qui vient d’être rénovée. Il lui donne en toute simplicité le nom de Lazare. Mais ce restaurant est-il une vraie brasserie parisienne de gare ou bien un énième restaurant bobo où il faut se montrer ? La gare Saint Lazare est l’une des principales gares de Paris pour se rendre dans le nord de la région parisienne et donc un lieu de passage très populaire qui se trouve quand même à deux minutes à pied du quartier huppé des grands magasins et de l’Opera Garnier. Bien que le quartier soit très populaire (on y trouve d’ailleurs de nombreux food truck), le Lazare joue la carte de la brasserie de Luxe avec un décor très soigné et contemporain. Comme nous sommes dans une gare, le Lazare est ouvert tous les jours de 7h30 à minuit. On peut y venir prendre un petit déjeuner, un apéro, un déjeuner rapide, une collation dans la journée ou bien un diner plus formel. Et comme nous sommes dans une brasserie le chef propose une cuisine familiale, généreuse, inspirée de la tradition culinaire française (dixit le site internet du restaurant). Oui mais voilà qui dit lieu populaire de passage, dit prix attractifs. Sauf que chez Lazare il faut compter entre 9 et 24 euros pour une entrée, entre 19 et 32 euros pour un plat et entre 7 et 12 euros pour un dessert. Les produits sont de qualité, on reconnait facilement la patte du chef travaillant dans un grand établissement. Est-ce que c’est bon ? oui mais sans plus. Est-ce que c’est cher ? Oui. Franchement lorsque vous payez un plat d’agneau confit à 29 euros, on s’attend à une cuisson parfaite, une viande fondante et non pas une viande trop cuite. Ou bien lorsque vous prenez un plat de Penne à 19 euros on ne s’attend pas à avoir une gamelle de nouilles grassouillettes. De plus je n’ai pas trouvé que les plats étaient généreusement servis. Mais il y a quand même des choses intéressantes comme par exemple le Paris-Deauville ou la tarte au chocolat. Enfin parlons de la carte des vins, dont les prix ne correspondent franchement pas à l’ambiance d’une brasserie de gare avec des bouteilles allant de 30 à 100 euros en sachant que le prix moyen tourne autour de 50 euros. Finalement cette brasserie est un peu trop bobo et en plus c’est super bruyant. Ce qui j’ai aimé le plus ? La présentation du menu comme un journal.

On débute par l’oeuf mimosa revisité au thon et au homard. La partie « mimosa » était légèrement trop lourde mais c’était compensé par la vinaigrette. Ensuite c’est du saumon gravlax qui était vraiment très bon avec une quenelle de tsatsiki. Une belle réalisation mais sans grande imagination. Il y a aussi la salade de roquette, parmesan et noix de Saint-Jacques rôties ou bien les maquereaux au vin blanc. Effectivement des plats de brasserie mais à des prix de restaurant gastronomique.

En plat voici la poitrine de cochon confit, la potée auvergnate revisitée, le steak tartare accompagné de ses pommes pailles et le filet de sole à la dieppoise aux giroles (mais quand même à 35 euros). Des plats bien exécutés mais sans grande prétention.

En dessert il y a le fameux Paris-Deauville, un excellent dessert qui se présente sous la forme d’un flan ou d’une crème caramel, vraiment léger en bouche. Il y a aussi l’aumônière de crêpe aux pommes sautées et au caramel, la poêlée de mirabelles à la verveine (en saison) ou bien l’île flottante aux violettes cristallisées.


Notice: Undefined variable: textBio in /home/guideres/public_html/php/mainFunctions.php on line 988

L'auteur

Frédéric Lacroix

Fan du Japon depuis 2004 il a à son actif plus de 18 voyages au pays du Soleil levant. Grand amateur de la cuisine japonaise et de la gastronomie en général il aime faire partager ses découvertes, ses expériences et ses créations culinaires. Il est aussi l’ auteur de plus de 98% des articles du guide.

comments powered by Disqus