Guide des restaurants et voyages du monde

Restaurant Kameya

La note de Fred: 4

Etoiles Michelin: 0

La note des membres de la Fourchette: 0.000000

Restaurant Japonais

Adresse: 29 rue d'Argenteuil, Paris, France

Téléphone à: 01 49 27 92 67

Horaires: De 12h à 14h et 19h30 à 22h30 sauf le mardi soir et le samedi

Prix: Environ 30 euros


Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/guideres/public_html/php/mainFunctions.php on line 448
10 Oct 2016
Restaurant Kameya

L'article

par Frédéric Lacroix

Retour sur ce petit restaurant discret de la rue d'Argenteuil, Kameya. J'aime bien cet endroit qui nous propose une cuisine de qualité avec deux ambiances, le midi avec des bentos et le soir avec une carte de petits plats et un menu omakasé. Et bien sur une carte de saké intéressante.

Kameya est un petit restaurant qui mérite vraiment d'être découvert car sa cuisine japonaise est vraiment sympathique. Le restaurant a eu plusieurs vies et plusieurs noms, mais depuis décembre 2015 c'est Kei qui officie en cuisine. Et il faut dire que la cuisine qu'il propose est vraiment très intéressante entre traditions japonaises et modernité. Le midi il nous propose des bentos pour un très bon rapport qualité/prix. Le soir la carte est complétement différente avec une série de petits plats et un menu omakasé que l'on peut accompagner d'une belle dégustation de sakés et autres spiritueux japonais. Depuis mon premier passage j'ai testé plusieurs fois ce restaurant, le midi et le soir et j'ai vraiment apprécié les plats que j'ai dégusté. Et dernièrement j'ai pu déguster le nouveau menu omakasé proposé à 49 euros en 7 services mais aussi quelques autres petits plats. En plus si vous aimez les alcools japonais vous pourrez faire de belles découvertes comme par exemple l'Umepon, un umeshu (à la prune) avec un agrume japonais le dekopon. Pour l'information le dekopon est un hybride entre un mikan (mandarine japonaise) et un ponkan (autre agrume japonais) développé au Japon depuis 1972 et qui a une forme particulière avec sa petite protubérance. L'Umepon est produit dans la région de Kumamoto. Ensuite il y a des sakés vraiment très sympa et aussi des shochu.

Les petits plats du soir

La carte du soir propose une série de petits plats à déguster tout seul ou bien à partager. Il y a par exemple la salade de lard croustillant ou bien la salade d'oignons blancs. Ce plat m'a bluffé car j'ai eu du mal à l'appréhender. Cela peut paraitre étrange une salade d'oignon blanc, mais là le résultat est assez doux avec un jaune d'œuf et une sauce soja. Ensuite nous avons une aubergine au miso rouge avec là aussi une recette assez originale. Il en va de même avec le poulet frit et sa sauce qui change des karaage normaux. Ensuite nous avons aussi des ochazuke. Ce plat est souvent consommé au Japon et c'est en fait un bol de riz sur lequel est versé de l'eau chaude ou du thé vert. Le riz est cuisiné avec différents ingrédients comme du sésame, de la prune salée ou bien du saumon grillé. Une autre recette mais plus traditionnelle est le fameux agedashi tofu qui comme l'indique est du tofu frit dans un bouillon dashi. On termine par les beignets de crevettes qui sont vraiment très bons mais il y a encore d'autres plats dans la carte à découvrir.

Le menu Omakasé du soir

En plus de la carte nous avons le choix entre un menu bento à 26 euros avec une salade, une friture, un rôti du jour, un poisson grillé du jour, du riz et une soupe miso. Et puis il y a le menu omakasé à 49 ou 59 euros en 7 ou 8 services avec amuses bouches, 2 entrées, deux ou trois plats, une soupe spéciale et un dessert. Le repas est servi dans une très belle vaisselle comme c'est souvent le cas lorsque l'on déguste au Japon un repas de style kaiseki. Ce soir-là j'ai débuté le repas par 3 amuses bouches : deux beaux morceaux de bonite en tataki, une petite aubergine au miso rouge et une préparation avec une tomate dans un bouillon dashi dont le gout est rehaussé de petits poissons séchés. Puis voici venir les deux petites entrées. Il y avait du magret de canard (une préparation longue mais qui donne un résultat super fondant en bouche) recouvert d'une sauce légèrement épaisse salée-sucrée et de zestes de yuzu. La deuxième entrée était un succulent chawanmushi, ce petit flanc japonais salé qui était fondant et onctueux. Je pense que c'est l'un des meilleurs chawanmushi que j'ai dégusté en France.

Le premier des trois plats est un tataki de bœuf avec une recette vraiment originale. La viande était très tendre et elle était accompagnée de deux sauces, d'où l'originalité de la recette. La première sauce était au miso et graines de moutarde alors que la seconde était une réduction de piment. Attention ce plat était assez piquant, ce qui est étonnant pour de la cuisine japonaise, moi j'ai aimé mais je pense que des palais plus sensibles risques de le trouver trop fort. Le plat de friture (dans le grand menu omakasé à 59 euros) était aussi une belle réussite avec des tempuras de seiches accompagnées de tempuras de courgettes, de gombos et de feuilles de shiso. Les beignets n'étaient absolument pas gras et fondant et il y avait aussi du sel de shiso et du sel de matcha pour les assaisonner.

On poursuit par le plat de viande avec une grillade de porc au miso, une viande fondante et une petite sauce très sympathique. La soupe était présentée dans un magnifique bol. En fait c'est une préparation de maquereau frit dans un bouillon dashi et recouvert d'une purée d'igname. Il faut mélanger ce dernier dans le bouillon dashi pour déguster et ressentir toutes les subtilités de ce plat. Même la fleur était comestible. On termine le repas avec un petit dessert, un brownie au thé vert et quelques fruits et on passe sur une superbe soirée.


Notice: Undefined variable: textBio in /home/guideres/public_html/php/mainFunctions.php on line 988

L'auteur

Frédéric Lacroix

Fan du Japon depuis 2004 il a à son actif plus de 18 voyages au pays du Soleil levant. Grand amateur de la cuisine japonaise et de la gastronomie en général il aime faire partager ses découvertes, ses expériences et ses créations culinaires. Il est aussi l’ auteur de plus de 98% des articles du guide.


Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/guideres/public_html/php/mainFunctions.php on line 448
11 Dec 2015
Restaurant Kameya

L'article

par Frédéric Lacroix

La grande devanture noire du restaurant du 29 rue d'Argenteuil vous dit peut être quelque chose. Pendant quelques années ce fut le restaurant japonais L'Arc , puis le restaurant japonais Sachi . Depuis quelques mois le restaurant est devenu Kameya avec une nouvelle équipe qui nous propose toujours de découvrir la gastronomie japonaise sous différentes formes.

Avant de devenir Kameya, le restaurant du 29 de la rue d'Argenteuil à deux pas de la station métro Pyramides fut tenu par un jeune couple japonais et il s'appelait Sachi . Mais voilà au début de l'été 2015, ils décident de partir dans le sud de la France ouvrir une nouvelle adresse et le restaurant Sachi ferme ses portes pour quelques semaines pour devenir Kameya. A la tête de cette nouvelle affaire on trouve Matsumoto Keiichi, le fils des propriétaires du lieu qui possède un autre restaurant japonais dans le 15ème arrondissement, le Matchan spécialisé dans le yakiniku, le barbecue à la japonaise. Chez Kameya il y a deux ambiances, l'une pour le déjeuner et l'autre pour le diner. Au déjeuner nous avons le choix entre différents bentos à 18 euros. Ils se composent d'une mise en bouche, d'un plat à choisir (saumon grillé ou maquereau par exemple), de crevettes panées, d'une salade, d'un petit plat, d'un bol de riz, d'une soupe miso et d'un petit dessert. Le soir on trouve une ambiance d'izakaya plus feutrée avec une ardoise de petits plats dont les prix varient de 6 à 15 euros. Il faut aussi noter que la carte des sakés est assez originale avec des références que je n'ai encore vu dans aucuns autres restaurants japonais en France. L'ambiance du restaurant est resté la même avec son grand bar derrière lequel on mange assis dans de confortables fauteuils.

Alors que penser de Kameya ? C'est vraiment bon. La cuisine est fine, bien exécutée et en plus les plats sont vraiment bien présentés. Le menu doit évoluer mais pour l'instant j'ai trouvé des plats originaux dans leur réalisation et dans les saveurs proposées. Ce restaurant ne demande qu'à grandir avec une carte un peu plus étoffée autant le midi que le soir. Pour le déjeuner avoir le choix entre plats de poissons et plats de viande serait bien. Quant au soir on attend d'autres créations de la part du chef. Le restaurant est encore en cour de rodage mais c'est déjà vraiment bien surtout que l'accueil est très sympathique. Mais c'est une bonne adresse pour découvrir la cuisine que l'on peut retrouver dans certaines izakayas au Japon ou dans les petits plats que l'on nous propose lors des repas dans un ryokan.

Lors de mon passage au déjeuner j'ai eu le choix entre un bento au saumon ou un bento au maquereau. Mon choix s'est porté pour le maquereau, un poisson que j'aime beaucoup. Pour 18 euros, le repas est copieux et surtout la cuisine est de qualité. On peut choisir diverses boissons, de la bière au saké en passant par le thé mais aussi le fameux Calpis, cette boisson à base d'eau et de ferments lactiques très populaire au Japon. En attendant le bento nous avons le droit à une petite mise en bouche avec une petite salade de vermicelle et légumes, sauce au sésame.

Puis le bento arrive dans sa boite laquée à 4 compartiments. Dans le premier nous avons une salade bien assaisonnée. Dans le second nous avons un petit plat, ce jour-là un excellent ragout de viande de bœuf aux oignons. Le troisième contient deux très belles crevettes panées et le quatrième contient le plat choisi, donc pour moi du maquereau grillé. En plus de cela on ajoute un bol de riz parfaitement cuit et une bonne soupe miso. Et pour finir un petit dessert avec ce jour-là du kaki qui est un fruit originaire du Japon. L'ensemble était très bon.

Le soir changement de style. Autour d'une grande Kirin à la pression ou d'un verre de vin ou de saké on déguste une série de petits plats à choisir sur une ardoise. En attendant les plats nous avons le droit à une petite mise en bouche avec ce jour-là une salade de macaronis aux algues. Nous avons le choix entre des petites entrées tapas, des marinades, des fritures, des grillades et des plats de riz. Nous débutons notre repas avec une salade avec de fines tranches de poitrine de porc croustillante (10 euros) une belle entrée en matière pour débuter le repas. Ensuite voici venir le rôti de canard (12 euros), un plat que j'ai beaucoup apprécié car la viande était parfaitement préparée, très tendre et servi avec des morceaux de poireau. En plus la sauce était délicieuse.

Ensuite voici l'assiette de tempura (15 euros) avec une belle sélection de gombos, seiche, crevette, Saint-Jacques et autres légumes. Puis voici venir un plat que je n'avais pas encore vu en France avec du poulet frit. Au début j'ai cru que c'était des karaage mais non nous avions des ailes de poulet frit au sel (8 euros). Un plat que l'on déguste généralement dans les yakitori-ya au Japon. Ensuite un plat très original dans sa conception et savoureux avec cet œuf poché (6 euros). L'œuf était enrobé dans une poche de tofu frit et servi dans un bouillon. On termine le repas avec des yaki-onigiri (6 euros), de belles boulettes de riz grillées et une petite dégustation de steak de konnyaku. Cet aliment japonais arrive en France souvent sous la forme de nouilles. Ici le chef à fait mariner des morceaux de konnyaku dans une sauce soja et les a présenté avec du piment ichimi et du poivre sancho.

On termine par une petite dégustation de sakés avec 4 références que je ne connaissais pas et qui sont à découvrir. Par exemple il y avait le saké de la brasserie Amabuki de la région de Saga, un délicieux Junmai Ginjo mais aussi un Kameizumi junmai daiginjo provenant de la préfecture de Kochi sur l'île de Shikoku, un Kikka junmai nama en provenance de la préfecture d'Akita qui est un saké sans pasteurisation, sans filtration et sans rajout d'alcool. On termine par un Myoukouzan de la préfecture de Niigata qui se déguste aussi bien froid que chaud.


Notice: Undefined variable: textBio in /home/guideres/public_html/php/mainFunctions.php on line 988

L'auteur

Frédéric Lacroix

Fan du Japon depuis 2004 il a à son actif plus de 18 voyages au pays du Soleil levant. Grand amateur de la cuisine japonaise et de la gastronomie en général il aime faire partager ses découvertes, ses expériences et ses créations culinaires. Il est aussi l’ auteur de plus de 98% des articles du guide.

comments powered by Disqus