Guide des restaurants et voyages du monde

31 May 2015
La ville temple du Daitoku-ji

La ville temple du Daitoku-ji

par Frédéric Lacroix

Située au nord du centre-ville de Kyoto, la ville temple du Daitoku-ji est une ensemble de 24 temples appartenant à la branche bouddhiste zen Rinzai. Ce temple construit à partir de 1319 est une véritable ville dans laquelle on se balade grâce à de petites ruelles. On peut y visiter quelques uns des temples secondaires comme le Daisen-in, le Ryogen-in, le Koto-in, le Korin-in et l'Hoshun-in.

Le Daitoku-ji est un grand temple du nord de Kyoto de la secte bouddhiste Rinzai. Le plus simple et le plus rapide pour s'y rendre est de prendre la ligne de métro Karusama jusqu'à l'arrêt Kitaoji. Ensuite il faut trouver la sortie numéro 2 puis partir sur la grande avenue en direction de l'ouest (sur la droite) et marcher 15 minutes. L'entrée principale du temple ne se trouve pas sur la grande avenue. Lorsque l'on voit le mur d'enceinte il faut tourner sur la droite et remonter la rue sur une centaine de mètres jusqu'à un parking où se trouve l'entrée. A l'intérieur du complexe on peut se balader gratuitement dans les petites allées entre chaque temple et visiter les principaux bâtiments du Daitoku-ji. Par contre pour visiter les temples secondaires (tous ne sont pas ouverts au public) il faut payer entre 350 et 400 yens. Les temples sont ouverts généralement de 9h à 16h. Le plus connu et le plus visité de ces temples est le Daisen-in mais celui qui mérite vraiment une visite est le Ryogen-in. Sinon il est aussi possible de visiter le Koto-in, le Korin-in et l'Hoshun-in mais ils présentent moins d'intérêts que les deux autres.

Le Daitoku-ji

On pénètre sur le site par ce temple qui est le temple principal de l'ensemble. Il fut fondé en 1319, puis détruit par le feu un siècle plus tard avant d'être entièrement reconstruit au 16éme siècle. Il devint alors le centre le pus important de la cérémonie du thé. Il ne reste que quelques bâtiments, dont la porte d'entrée, la san-mon, entièrement rouge. A l'étage se trouve une statue du grand maître de thé Sen no Rikyu. Une légende raconte qu'en 1591, l'empereur Toyotomi Hideyoshi entra dans une telle colère en apprenant qu'il s'était abaissé à marcher sous la représentation de Rikyu, qu'il força le maître à commettre le seppuku. Le seul bâtiment dont on peut voir l'intérieur est le Butsuden hall avec sa statue de Bouddha.

Le Daisen-in

C'est un des temples les plus visités de Kyoto, son entrée coûte 400 yens et il est interdit d'y prendre des photos. Il est très connu pour son jardin sec de l'époque Muromachi. C'est un petit temple, qui ne possède que deux bâtiments, l'entrée et le Hojo. C'est autour de celui ci que se trouve le jardin. C'est une version en trois dimensions des peintures chinoises Sung de paysages, représentant le destin de l'homme, ses relations avec la nature et sa place dans l'univers. Le premier jardin sec est une grande étendue de gravier blanc, représentant le grand océan. Ensuite à l'arrière du Hojo, on trouve une représentation de la mer intérieure du Japon, avec quelques rochers, puis la cascade de gravier blanc évoquant le mont Horai. Des groupes de rochers symbolisent la Terre et le Ciel.

Le Ryogen-in

Ce temple a été fondé en 1502, et il est entouré par 4 jardins. Beaucoup plus calme que le Daisen-in, car moins fréquenté, ce temple est un parfait exemple de temple zen. Après avoir passé la porte d'enceinte, puis déposé ses chaussures à l'entrée, on se retrouve dans le passage donnant sur la salle de thé. C'est ici qu'étaient enseignées les techniques de la cérémonie du thé. Cette pièce donne sur le premier jardin de pierre, l'A-Un Il représente la vérité de l'univers. A-Un signifie : Exhaler-Inhaler, ou bien terre-paradis, ou male-femelle, ou bien positif-négatif, soit une représentation de l'essence même du Zen.

On arrive ensuite au niveau du Hojo, autour duquel se trouvent les 3 autres jardins. Le 1er est le plus important est l'Isshidan. C'est l'un des plus beaux jardins zen de pierre du Japon. Au centre d'une étendue de gravier, se trouve une colline moussue avec un rocher représentant le mont Horai. Dans un coin deux ensembles de rochers représentent les îles de la grue et de la tortue. Derrière le Hojo se trouve le Ryogintei, dessiné par Soami, a l'époque Muromachi. C'est le plus vieux jardin du Daitokuji. Ici le gravier est remplacé par de la mousse. Ensuite on arrive au niveau du plus petit des jardins sec du Japon, le Totekiko, avec ses petits rochers en forme de doigt montrant une direction.

Autre caractéristique de ce temple, les peintures que l'on peut voir dans toutes les pièces du Hojo. Ces peintures sont de deux périodes, Muromachi pour les plus anciennes et Edo. Les peintures Muromachi ont été réalisées par le maître de peinture Toshun. Elles représentent dans une pièce une série de vagues, et dans une autre pièce des paysages parsemés de temples. Mais la peinture la plus importante et impressionnante est une représentation d'un dragon, réalisée à la période Edo.

Le Koto-in

Ce petit temple, fondé en 1601 par un disciple de Rikyu-sen, prend toute son ampleur à l'automne car son entrée se trouve dans un bosquet d'érables, esquissant ainsi l'esprit Wabi. Ce temple possède aussi un roji un sentier de jardin de thé. La salle principale donne sur un jardin de mousse et une bambouseraie. La lumière tamisée passant à travers ces bambous et tombant sur le jardin de mousse est sensée rappeler la couleur verte du matcha et du thé lors de la cérémonie du thé.

Le Korin-in

Ce temple se trouve juste au nord du Ryogen-in. Attention ce temple n'est ouvert à la visite que durant l'automne lorsque les érables sont rouges. Il a été fondé en 1520 par la famille Hatekeyama. Tout comme les autres temples secondaires du Daitoku-ji, c'est un temple zen dont la salle principale est entourée de différents jardins de pierres qui ont été dessinés dans le style Muromachi.

L'Hoshun-in

Ce temple zen se trouve tout au nord du complexe, derrière le temple du Daisen-in. Il a été construit en 1608 par Hoshunin, l'épouse de Maeda Toshiie de Kaga. Ce temple a été entièrement détruit par le feu avant d'être reconstruit durant la période Meiji. Il a une architecture différente des autres temples car son hall principal possède deux étages. De plus c'est le seul temple qui a un jardin avec un petit étang. Un petit pont permet d'atteindre le hall principal qui rappelle le temple d'or et le temple d'argent.

L'auteur

Frédéric Lacroix

Fan du Japon depuis 2004 il a à son actif plus de 18 voyages au pays du Soleil levant. Grand amateur de la cuisine japonaise et de la gastronomie en général il aime faire partager ses découvertes, ses expériences et ses créations culinaires. Il est aussi l’ auteur de plus de 98% des articles du guide.

comments powered by Disqus