Guide des restaurants et voyages du monde

22 Dec 2017
Kyoto : Espace Gion Yasaka Hall

Kyoto : Espace Gion Yasaka Hall

par Frédéric Lacroix

Situé en plein coeur historique de Kyoto, le Gion Koubu Kaburenjo est un ensemble de bâtiments dédiés aux arts traditionnels dont les fameuses danses des Geishas et Maikos. Le Yasaka Hall est un batiment qui abrite un petit théâtre où l'on peut admirer 7 arts de Kyoto durant un spectacle de 50 minutes.

Kyoto est la ville traditionnelle du Japon où les arts ont une place très importante. En plein coeur de la ville, dans le quartier de Gion se trouve le Gion Koubu Kaburenjo, un ensem C'est vraiment bien dommage car les arts présentés doivent être respectés. ble de bâtiments dédiés aux arts traditionnels. Ceux ci sont issus des périodes Heian (784-1185) et Muromachi (1333-1573) et forment le socle de la culture de Kyoto. Il y a bien sur la danse, la musique mais aussi les bunraku (arts des marionnettes), l'ikebana (l'art floral), le chanoyu (l'art du thé). le Gion Koubu Kaburenjo est en fait un grand théâtre où se déroule chaque année en avril le fameux Miyako Orodi, la danse des Maiko de Kyoto. Pour assister à ce spectacle il faut débourser de 3500 à 4600 yens et il n'y a que 3 représentations par jour du 1er avril au 23 avril. Le reste de l'année il est possible d'avoir une idée de ce spectacle et des autres arts traditionnels au Yasaka Hall juste à côté.

2 représentations ont lieu tous les jours à 18h à 19h du 16 mars au 30 novembre sauf du 16 juillet au 16 août. Le reste de l'année les représentations ont lieu uniquement le vendredi et le samedi. Il est préférable d'arriver sur place entre 30 et 45 minutes avant la représentation. Le prix d'entrée coûte 3150 yens par adulte (1900 yens pour les enfants de 7 à 15 ans). Du 1er juillet au 28 février il y a une promotion spéciale à 2500 yens pour les touristes étrangers. Le spectacle dure 50 minutes et présente 7 des arts traditionnels du Japon. Si vous arrivez assez tôt vous pourrez être assis sinon vous serez debout au fond de la salle. Il est possible de prendre des photos durant le spectacle en se refrénant mais ce n'est pas le cas de tout le monde et depuis quelques années les touristes se comportent de plus en plus mal : on se lève pour prendre des photos, on parle tout le temps, etc ... C'est vraiment bien dommage car les arts présentés doivent être respectés. 7 arts sont présentés : le chanoyu la cérémonie du thé, l'art floral ikebana, l'art du Koto, la musique de cour Gagaku, le théâtre Kyogen, le théâtre bunraku et la danse Kyo-mai.

Le spectacle débute par le Chanoyu, l'Ikebana et le Koto. Ces trois arts sont réalisés par des femmes avec des kimonos très sobres. Le chanoyu est l'art de la cérémonie du thé inspiré par le bouddhisme zen. C'est donc la préparation du thé et plus précisement du fameux matcha, la poudre de thé vert. Il y a plusieurs styles dans le chanoyu. Ici c'est le style Ryûrei , la cérémonie se pratique assis devant une table. Le deuxième art est l'Ikebana, la voie des fleurs. Cet arrangement floral permet de créer une harmonie entre le vase, les tiges, les feuilles, les branches et les fleurs. Là aussi l'ikebana est un art qui doit mener au zen. Le troisième art est celui du Koto. C'est un instrument traditionnel de musique utilisé dans le kabuki et le bunraku. Cet instrument originaire de Chine a été introduit au 7ème siècle au Japon à la cour impériale. C'est une longue cithare en bois mesurant 1.8 mètre et qui compte 13 cordes en fil de soie que l'on pince avec des grattoirs en ivoire.

Le spectacle se poursuit avec une représentation du Gagaku. C'est en fait l'ensemble des répertoires de la musique de la cour impériale du Japon. Il y a de la musique, des chants et des danses. Il existe un gagaku religieux et un gagaku profane. Ici nous avons une représentation du gagaku religieux qui est exécuté en présence de l'empereur à la cour impériale et dans les sanctuaires shintoistes. L'orchestre se compose de plusieurs instruments à percussion, à vents et à cordes. Les costumes des danseurs sont très colorés et ceux ci portent souvent une coiffe, une arme (sabre et bouclier) et parfois un masque.

Ensuite nous avons une représentation du théâtre Kyogen. C'est la forme comique du théâtre traditionnel en opposition au théâtre Nô. Les acteurs de Kyogen sont issus de familles spécifiques et utilisent des techniques propres à leur art qui utilise souvent l'improvisation. Le Kyogen est indispensable du Nô puisque lors d'une représentation de ce dernier les interludes sont du Kyogen. Alors que le Nô est historique et tragique, le Kyogen reflète les habitides, les coutumes et la vie des gens du commun d'une manière comique.

Le 6ème art présenté est le Bunraku. C'est un type de théâtre datant du 17ème siècle originaire de la région d'Osaka qui a été intégré à la liste du patrimoine immatériel de l'humanité de l'Unesco en 2008. Les personnages sont représentés par des marionnettes de grande taille manipulées à vue, c'est à dire que les marionnettistes sont visibles du public. Chaque marionnette est manipulée par trois personnes.

Le dernier art présenté est la danse Kyo-mai. A Kyoto les Geishas portent le nom de Geiko, tandisque les Maiko sont les apprenties geishas. Ce sont des dames de compagnies qui consacrent leur vie à la pratique raffinée des arts traditionnels tels que l'habillement en kimono, la musique classique, la conversation, les jeux et la danse. Il existe plusieurs styles de danses mais les deux principaux sont le Odori et le Mai. Le Kyomai s'est developpé au 17ème siècle lors de la période Tokugawa dans la région de Kyoto. Les mouvements des danses sont fortement influencés par l'élégance et la sophistication des moeurs de la cour impériale de Kyoto.

L'auteur

Frédéric Lacroix

Fan du Japon depuis 2004 il a à son actif plus de 18 voyages au pays du Soleil levant. Grand amateur de la cuisine japonaise et de la gastronomie en général il aime faire partager ses découvertes, ses expériences et ses créations culinaires. Il est aussi l’ auteur de plus de 98% des articles du guide.

comments powered by Disqus