Guide des restaurants et voyages du monde

16 May 2018
Les sites d'Hiraizumi

Les sites d'Hiraizumi

par Frédéric Lacroix

Partons à la découverte de Hiraizumi dans la préfecture d'Iwate. Ce site, classé au patrimoine de l'UNESCO, a une grande importance dans l'histoire du Japon surtout durant la période Heian, puisque ce fut le siège du plus puissant clan du Japon, les Fujiwara. De nos jours il est possible de visiter deux grands centres : le Chuson-ji et le Motsu-ji.

Hiraizumi est une petite ville de la préfecture d'Iwate qui se trouve à 45 minutes de train depuis la gare de Sendai. Il faut prendre un shinkansen jusqu'à la gare d'Ichinoseki (30 minutes) puis prendre la petite ligne JR Tohoku en direction de Morioka (7 minutes). Cette ligne n'est pas très importante avec un train toutes les heures. Sur place à la sortie de la gare vous pouvez découvrir deux grands sites d'Hiraizumi : le Chuson-ji et le Motsu-ji. Vous pouvez soit louer un vélo (500 yens pour 3 heures), soit prendre un bus local qui fait un circuit entre les différents sites (un bus toutes les 15-30 minutes, 400 yens pour la journée, 150 yens pour un trajet) ou bien tout faire à pied. Le temple du Motsu-ji se trouve à environ 10 minutes à pied de la gare en direction de l'ouest tandisque le temple du Chuson-ji se trouve à environ 30-40 minutes à pied au nord de la gare. Hiraizumi possède 5 sites qui ont été classés en 2011 au patrimoine de L'UNESCO, comme temples et jardins de la Terre Pure bouddhiste. Ces 5 sites sont le mont Kinkei, le site du Chuson-ji, le site du Motus-ji, le site du Kanjizaio-in et le site du Muryoko-in. Ces sites étaient le fief du clan Fujiwara qui fut durant la période Heian le plus important de tout le Japon. C'est à la fin du 12ème siècle que Minamoto no Yoritomo prend le control du centre du Japon et instaure le régime du shogunat. Il mobilise alors ses vassaux pour attaquer Hiraizumi où son principal rival et frère s'était réfugié. Il remporte la victoire et détruit la ville par un important incendie qui fait disparaitre tous les principaux monuments. De nos jours on peut visiter quelques monuments et temples et surtout admirer les jardins reconstitutions des paysages de l'époque Heian.

Kanjizaio-in

C'est le premier site que l'on peut voir à une dizaine de minutes à pied de la gare en direction de l'ouest. Il est en accès libre. C'est l'ancien emplacement d'un temple fondé par l'épouse du deuxième chef du clan Fujiwara, Motohira Fujiwara. Il était construit juste en face des temples jumeaux construit par le chef du clan et qui se trouvaient dans l'enceinte du Motsu-ji. Ces temples furent détruits en 1226 à la suite de la chute du clan. De nos jours il ne reste qu'un grand parc gazonné avec un étang tel qu'il se présentait au 12ème siècle. Le temple était entouré d'un grand mur d'enceinte avec des portes majestueuses. Il était dédié au Bouddha Amida. Alors que les temples du Motsu-ji étaient somptueux et imposant, le temple du Kanjizaio-in était beaucoup plus simple avec deux petits bâtiments aux toits de chaume. Le jardin quand à lui était de style Jodo ou style de la terre pure.

Motsu-ji

Deuxième site classé au patrimoine, le temple se trouve juste à côté du Kanjizaio-in. L'entrée coute 500 yens et il est ouvert toute l'année de 8h30 à 17h, 16h30 de novembre à mars. Le Motsu-ji a été construit au 18ème siècle mais il abrite aussi les ruines de deux autres temples plus anciens ainsi que le jardin de style jodo caractéristique de l'époque Heian. C'est Motohira Fujiwara qui fit construire les temples du Enryu-ji et du Kasho-ji au milieu du 12ème siècle. Suite aux fouilles archéologiques, on sait que ces temples étaient majestueux avec des murs décorés de bois précieux, d'or, d'argent et de bijoux. Les temples étaient dédiés au Bouddha Yakushi, le bouddha guérisseur. A l'apogée de sa splendeur ces temples comptaient plus de 40 pagodes et 500 monastères mais tout fut brulé en novembre 1226. Le temple était entouré d'une enceinte avec une grande porte principale qui donnait sur l'étang. On empruntait alors un double pont donnant sur une île avant d'atteindre le temple principal.

De nos jours il ne reste plus que l'étang qui est préservé tel qu'il était il y a plus de 800 ans. C'est un plus pur exemple du style Jodo dont le plus bel exemple est le jardin du temple du Byodo-in à Uji. LE temple a été construit à la frontière nord du Japon de l'époque. C'était la frontière qui séparait les populations qui étaient sous l'autorité de l'empereur du Japon et les Emishi, la population indigène du Tohoku.

Chuson-ji

Il s'agit du temple principal de la secte bouddhique Tendai. Ce temple a été fondé en 850 par le moine Ennin. L'impressionnant complexe de temples fut ordonné au début du XIIe siècle par Kiyohira, le premier seigneur du clan Fujiwara. Ce temple fut érigé afin de recréer la Terre Pure Bouddhique en vue de la consolation de toutes les âmes défuntes des guerriers amis et adverses qui ont perdu la vie lors de deux conflits majeurs de la fin du XIe siècle. Malgré la destruction d'un grand nombre de bâtiments lors d'un incendie au cours du XIVe siècle, l'enceinte du temple représente encore un trésor majeur de la période Heian. De tout le complexe, seules les entrées au musée et au Konjikidô sont payantes, 800 yens. L'accès principal au Chûson-ji s'effectue par le chemin appelé Tsukimizaka ou pente de contemplation de la lune. Cette voie est bordée de cryptomères plantés il y a plus de 350 ans par le clan Date de Sendai.

Le principal bâtiment du site est le Hondo où la grande salle principale du Chuson-ji. De nos jours une vingtaine de moines exercent encore dans ce temple de façon permanente. A l'intérieur de cette salle on trouve une statue de Shaka Nyorai ou Bouddha historique qui est flanqué des lumières éternelles du temple. Ces flammes proviennent de l'Enryaku-ji, le temple principal de la secte Tendai et brulerait sans discontinuer depuis la fondation du temple.

Mais la principale attraction de ce temple est le pavillon d'or Konjikido. Il a été construit en 1124 et c'est un petit bâtiment entièrement recouvert de feuilles d'or et de nacre à l'extérieur comme à l'intérieure exception du toit. Il est dédié au bouddha de la lumière infinie, Amida Nyorai. Les quatre colonnes, les poutres et les trois estrades sont toutes ornées d'incrustations de, de garnitures métalliques et de maki-e des décors à la poudre d'or et d'argent appliqué sur une laque. Amida Nyorai, figure principale du temple, est flanquée de statues de Kannon Bosatsu et Seishi Bosatsu respectivement à gauche et à droite. De chaque côté, on trouve trois représentations du bodhisattva Jizô Bosatsu. Devant chaque estrade, Zôchôten et Jikokuten, deux des quatre gardiens célestes, assurent la garde de ce lieu. Il est strictement interdit de prendre des photos de ce lieu, qui se trouve sous une structure en béton. Il faut dire que ce pavillon abrite la dépouille de Kiyohira, premier seigneur du clan Fujiwara, est inhumée derrière le motif de paon présent sur l'estrade centrale, sous les statues bouddhiques. L'estrade de gauche accueille le corps de son fils, Motohira, et l'estrade de droite celui de Hidehira, fils de Motohira. Le Konjikido a été le tout premier monument classé trésor national au Japon.

La visite du site se poursuit en passant par le musée qui contient l'une des plus riches collections d'art bouddhique du Japon, puis ne visitant les différents autres petits temples et sanctuaires. Il y a par exemple le sanctuaire Hakusan avec sa salle de théâtre No en extérieur, le petite temple du Benzaitendo au milieu de son petit étang, et plein d'autres petits temples accueillant de belle statues de bouddha.


Notice: Undefined variable: textBio in /home/guideres/public_html/php/mainFunctions.php on line 988

L'auteur

Frédéric Lacroix

Fan du Japon depuis 2004 il a à son actif plus de 18 voyages au pays du Soleil levant. Grand amateur de la cuisine japonaise et de la gastronomie en général il aime faire partager ses découvertes, ses expériences et ses créations culinaires. Il est aussi l’ auteur de plus de 98% des articles du guide.

comments powered by Disqus