Recit de voyage a Madagascar

09 Jun 2011

Nous quittons les hauts plateaux pour descendre plein sud en direction de la mer le long de la nationale 7. Mais il nous reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant de voir les eaux turquoises du lagonn d’Ifaty. Après avoir quitté la ville de Fianarantsoa, la route pénètre dans une région beaucoup plus sèche. Nous voici dans la région de Ambalavao, patrie de l’ethnie des Betsileo, avec ses magnifiques rizières en terrasses, ses exploitations de vignes et ses nombreux troupeaux de zébus qui convergent ou qui viennent tous du plus grand marché aux bestiaux de l’île : Ambalavao.

Cette petite ville bien tranquille, dont seule la rue principale est bitumée, s’éveille les jours de marché. Il existe deux grands marché à des endroits différents de la ville. Le marché central en plein centre et le marché aux zébus à la sortie sud de la ville.

On admirera l’architecture des maisons d’Ambalavao, aux murs blancs et aux toits de tuiles, rappelant étrangement l’architecture de certaines maisons du centre de la France. Le grand marché central se tient en plein air sur un grand espace en plein centre ville. On y trouve de tout mais la grande spécialité de la ville est la confection de savon noir. Il faut prendre son temps et déambuler entre les étals posés à même le sol et ainsi s’imprégner de vie locale de cette région de Madagascar.

Le marché aux bestiaux se trouve au sud de la ville sur une petite colline dominant tout le paysage et Ambalavao. Les animaux sont parqués dans de grands enclos où se font les ventes. On peut même y faire un tour et assister aux marchandages entre vendeurs et acheteurs.

La fabrique de papier Antaimoro.

c’est aussi dans la périphérie nord de Ambalavao que se trouve la fabrique de papier antaimoro. On peut la visiter et voir toutes les étapes de préparation de ce papier spécial, obtenu à partir d’un petit arbuste l’avoha, de la découpe des fibres, au lavage, à la cuisson, à l’incrustation des fleurs et au séchage. Ce papier est se caractérise par son aspect brut et surtout par l’incrustation de fleurs et de feuilles. Il existe aussi un petit magasin où l’on peut acheter différents objets réalisés avec ce papier.

Les vignes.

La région de Ambalavao est aussi réputée dans tout Madagascar par ses vignes et ses caves à vin. On peut visiter ce genre d’exploitation, comme l’exploitation Saovita, même si il devient de plus en plus difficile de faire perdurer cette activité sur l’île. La plupart des exploitation ont tendance à disparaitre petit à petit, par manque de clients et aussi par manque de qualité dans le temps des vins. On peut déguster des vins blancs et des vins rouges.

Villages et rizières.

c’est au nord de Ambalavao que se trouve de très beaux villages et rizières en terrasses. Au détour d’un virage de la nationale 7 on peut admirer un superbe paysage, avec un village dominé par un énorme rocher et dominant des rizières. Ce village a été élu comme le plus beaux de toute l’île et il se trouve même sur l’un des billets de banque malgaches. Un peu plus loin au sud, lorsque la route monte vers un petit col, on domine un paysage de rizières en terrasses pouvant rappeler les paysages du sud est asiatique.

Le parc d’Anja.

20 kilomètres au sud de Ambalavao se trouve le petit parc forestier de Anja. c’est une association des paysans de la région qui a permit de créer se sanctuaire pour la flore et la faune locale et aussi pour donner un complètement de revenu aux familles par le tourisme. Le parc protège l’un des rares espaces de forêt encore présent dans cette région, au pied d’un énorme rocher de granit. c’est un véritable sanctuaire pour plusieurs espèces de papillons mais surtout de caméléon (vert pour les femelles et noir pour les males) et bien sur pour les grandes stars du coin les Makis Catta.

Les Makis Catta sont l’espèce de lémuriens la plus rependue à Madagascar. Ils sont facilement reconnaissable à leur fourrure marron-grise et blanche et à leur longue queue zébrée. Ici les animaux, ne sont pas farouches. On les approche assez facilement, mais ils ne viendront pas sur vous réclamer à manger ce sont encore des animaux sauvages.